Menu

Questions à Annie Gozard

Back to blog list

Annie Gozard raconte son parcours, ses inspirations et fait quelques révélations parfaitement inutiles et donc absolument indispensables.

Qui es-tu ? Comment la photographie est entrée dans ta vie ?

Ado, je dessinais, j’écrivais, je prenais des photos. Puis j’ai (trop) réfléchi et j’ai suivi des études de droit et pratiqué pendant 10 ans. Puis j’ai à nouveau réfléchi. J’ai envisagé de devenir commissaire-priseur ou céramiste ou écrivain public. Ou agent secret. Et donc je suis devenue photographe.

Ce n’est donc pas une passion plus forte qu’une autre ni un destin tout tracé. Ce sont plutôt les circonstances de la vie qui m’ont amené jusqu’ici et plus le temps passe, plus j’aime ça. J’aime vraiment ça !

Pas un jour ne se passe sans que je me dise que j’ai de la chance de faire ce métier. Pour la vie d’indépendant, la liberté que cela procure, les choix presque quotidiens pour déterminer sa propre trajectoire, les relations de travail entre collègues. Et la marge de progression infinie. Pour aller courir les expos, partir en voyage faire des photos, se ruiner en livres photos et dire “mais c’est pour le travail, je suis obligée !

questions à annie gozard workshop photo mariage

Pourquoi photographies-tu les mariages ? Quelle part les mariages occupent-ils dans ton activité ?

J’ai commencé à photographier des mariages par hasard, en saisissant une opportunité. Aujourd’hui, les mariages représentent 70% de mon activité. Le reste du temps, je photographie des familles (toujours en mode reportage) ou des chantiers de travaux (toujours en mode reportage). 

Photographier des mariages, c’est épuisant physiquement, prenant humainement, mais bordayyyyl que c’est bon !!! 

Comment définirais tu ton style ?

Un jour, quelqu’un m’a dit que mes photos ont de la personnalité, du caractère. J’aime bien cette définition.

Dans une journée de mariage, quel moment préfères tu ?

L’effusion des sentiments à la fin de la cérémonie. Les mariés sont embrassés, enlacés par leurs proches. Clap clap font les mains, smac smac font les bouches, boum boum font les cœurs, yeeeeeah!! font les gorges. Il faut aller très vite, jouer des coudes pour être à la bonne place au bon moment. J’adore !

questions à annie gozard workshop photo mariage

Tes sources d’inspiration, tes influences ?

Tout est inspiration : les mots, les idées, les expériences, les sons, les couleurs, la lumière et l’ombre, l’énergie. La liste de ce qui m’inspire est donc infinie. En vrac, et en ce jeudi 3 août 2017 à 8h58, j’ai envie de citer l’esthétique de Blue Velvet et celle de Mon Oncle, marcher sans but dans Paris, Klimt, écouter la musique de Camille et écouter Camille parler de (sa) musique, cliquer au hasard sur les podcasts de France Culture pour accéder à des choses que je n’aurais pas consciemment choisi, les films de Maïwenn, l’ingéniosité du mobilier de Joe Colombo, la poésie de Edouard Baer, écouter une vieille dame me raconter sa vie puis dormir.

Ta devise ? 

L’essentiel est d’avoir du cœur, d’être un peu psychopathe et de ne pas aspirer à la sagesse”, Rudy Ricciotti.

Ta principale réussite ?

Me sentir au bon endroit et au bon moment, là, maintenant.

Comment occupes-tu ton temps libre ?

Euh … je ne sais pas trop comment aborder cette question. En toute franchise, depuis que je fais ce métier, j’ai l’impression que tout est temps libre … Mais bon, je vais rentrer dans le rang et répondre à la question selon la définition qui en est communément admise. Et donc, quand j’ai du temps libre, je marche au hasard dans les rues. Pour tenter d’atteindre les 10.000 pas /jour et oxygéner mon cerveau. Et toujours avec un appareil photo à la main au cas où la bonne lumière aurait décidé de tomber sur la bonne personne qui elle-même aurait décidé de traverser le bon décor pile au moment où j’arrive.

questions à annie gozard workshop photo mariage

Tes héros imaginaires et ceux de la vie réelle ?

A mon grand désarroi, je ne me trouve pas de héros imaginaires … je ne me souviens pas, même petite, avoir déjà eu des héros virtuels … Par contre, dans la vie réelle, j’en ai plein ! Simone Veil, Robert Badinter, Nelson Mandela, évidemment. Mais pas besoin d’être aussi connus et d’avoir un destin aussi hors-norme pour accomplir de grandes choses. On peut tous faire quelque chose qui nous fera héros auprès de quelqu’un.

Le don que tu aimerais avoir ?

La téléportation

Ta drogue favorite ?

Spotify

 

Website

Facebook

Instagram

 

0 comments

Here is no comments for now.

Leave a reply